En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus.

Agenda

Richard Bohringer “Je suis un mec d’inconfort”

Au commencement était un livre, paru il y a une dizaine d’années : Traîne pas trop sous la pluie.
Une biographie atypique. Le livre est ensuite devenu une pièce, qui a mûri au fil des représentations, au point de livrer aujourd’hui une version plus large. Richard Bohringer la joue et la met en scène avec bonheur. Battant, passionné, amoureux des mots également, il nous livre quelques impressions choisies.

Traîne pas trop sous la pluie raconte le vécu de Richard Bohringer… Par Bohringer lui-même. Avec sa fougue et son grain de voix. Avec la flamme d’un homme qui a traversé des épreuves et des gloires, toujours debout. Son spectacle lui ressemble : pas formaté ! De ville en ville, il change de nuances. Un spectacle évolutif ? “Oui, dans le sens où mes propos diffèrent en fonction de mon humeur, du lieu, des gens dans la salle… Il va évoluer encore plus, un changement radical, puisque le prochain spectacle s’appellera Voyages. Une de mes passions”.

Je suis neuf chaque soir !
Que dire de Traîne pas trop sous la pluie, sans déflorer les sujets ? Il précise :“Ce spectacle est issu de tous mes bouquins, mais ce ne sont pas des passages que je lis. En fait, quand je monte sur scène, à chaque fois, je ne sais pas par quoi je vais commencer. Ce qui me permet d’être neuf chaque soir ! Certains soirs, c’est plus difficile que d’autres, mais si vous vous installez trop c’est du confort. Or, je suis plutôt un mec d’inconfort”. Une forme de liberté ? “Sans doute, mais la liberté, de temps en temps, faut la mériter, l’assumer dans un monde qui fonctionne souvent en codes, en schémas obligatoires. La liberté dans un spectacle, ce n’est pas de savoir comment on va le faire, c’est trouver dans l’immédiateté une espèce de fusion avec le public, qui permet la liberté. Car une salle, on la sent”.

Les gens sentent quand c’est fabriqué, ils ne ressentent pas l’émotion

Avec talent, Richard Bohringer lance ses mots habillés de sensibilité : “Les mots quand vous les aimez, ils vous poussent, ils vous aident à en trouver d’autres. C’est un drôle de truc”.

Entre le théâtre et le cinéma, son cœur balance ? “Le cinéma, c’est intéressant. Mais le théâtre, c’est la fusion, de la magie créée sur scène et par le public. Et puis, il y a aussi cette atmosphère, cet avant-spectacle, ce moment où l’on entend le bruit des spectateurs qui arrivent et s’installent…”.

Son enthousiasme aurait pu s’émousser depuis que ce spectacle est en tournée… Il coupe court : “Je prends toujours autant de plaisir à le proposer. Sans plaisir, ce n’est pas possible. Les gens sentent quand c’est fabriqué, ils ne ressentent pas l’émotion”. Et c’est le maître mot de son seul en scène ! “Ce n’est que de l’émotion ! C’est votre émotion en face des textes, dans le partage. C’est ce qui fait que l’on monte sur le même bateau, le temps d’une soirée”.
Embarquement le 6 juin !

Samedi 6 juin à 20h30, Théâtre+Cinéma Scène nationale Grand Narbonne.
Tarifs : 15€, (8€ tarif réduit).
Théâtre+Cinéma Scène nationale Grand Narbonne - 2, avenue Maître Hubert Mouly - 11100 Narbonne

Carte interactive

À la une