Agenda

  • Isabella Rossellini, Link Link

    Elle est là où on ne l’attend pas. Fille de Roberto Rossellini et Ingrid Bergman, actrice au cinéma (sous le regard de David Lynch, Robert Zemeckis, Joel Schumacher et tant d’autres), icône de la mode, Isabella Rossellini achève un master scientifique sur le Comportement et la Conversation Animalière au Hunter College de New-York. Mettant son humour au service de la connaissance, elle réalise Green Porno, une série américaine (diffusée en 2009 sur Arte et en ligne sur Netflix) qui deviendra Bestiaire d’amour sur les scènes théâtrales françaises : farce instructive où elle étudie la vie sexuelle des bêtes en se mettant en jeu dans des saynètes animées. Cette fois, accompagnée de Pan, son chien savant, elle fait cirque d’une question : qu’est-ce qui fait de nous des humains et nous distingue des « brutes » ?
    Mardi 16 octobre, à 20h, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Durée : 1h10.

  • Lucrèce Borgia

    La Comédie Française au Cinéma en direct. Texte Victor Hugo. Mise en scène Denis Podalydès. Avec les comédiens de la troupe de la Comédie-Française et les comédiens de l’Académie de la Comédie-Française.
    Criminelle, adultère, incestueuse, Lucrèce Borgia veut s’arracher au mal qui est sa condition,se faire reconnaître et aimer de Gennaro, l’enfant qu’elle a eu avec son frère. Lors d’un bal à Venise, Gennaro courtise une belle masquée avant de découvrir avec horreur le visage de Lucrèce, lui qui a les Borgia en aversion. Piquée par l’affront des amis de Gennaro qui l’insultent, et soupçonnée d’adultère par son mari, Lucrèce enclenche une vengeance déchirante…
    Jeudi 18 octobre, à 20h15, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Durée : 2h25.

  • Samson et Dalila

    Metropolitan Opera de New-York en direct. Compositeur Camille Saint-Saëns. Mise en scène Darko Tresnjak. Direction musicale Sir Mark Elder.
    Grâce à sa force surhumaine, Samson libère le peuple d’Israël de l’oppression des Philistins. Sous l’impulsion du Grand Prêtre de Dagon qui réclame vengeance, la sulfureuse Dalila séduit Samson afin qu’il lui confie le secret de sa force qui réside dans ses cheveux. À peine a-t-il cédé à ses charmes, que Dalila coupe ses cheveux, le réduisant à l’état de simple mortel.
    Samedi 20 octobre, à 19h, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Durée : 3h30 avec deux entractes.

  • La Fille du Far-West

    Metropolitan Opera de New-York en direct. Compositeur Giacomo Puccini. Mise en scène Giancarlo Del Monaco. Direction musicale Marco Armiliato.
    Au temps de la Ruée vers l’or, Minnie, la patronne d’un saloon, s’éprend d’un étranger, Dick Johnson. Elle ignore qu’il s’agit en fait du célèbre bandit Ramerrez recherché par le shérif Jack Rance. Lorsqu’il est découvert, Minnie tente tout pour sauver son amant, jusqu’à jouer sa vie lors d’une partie de poker.
    Samedi 27 octobre, à 19h, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Durée : 3h40 avec deux entractes.

  • Du 06 novembre 2018 au 10 novembre 2018

    Qui va là ? (monologue en appartement)

    Texte Emmanuel Darley. Avec Alex Selmane. Direction d’acteur Pierre Astrié. Costumes Pascaline Duron.
    Un salut à Emmanuel Darley. Auteur talentueux, engagé, attentif à l’autre – et encore plus à celui qui n’avait pas la parole – Emmanuel Darley habitait Narbonne. En janvier 2016, il quitte la vie. En 2018, plusieurs structures en région Occitanie donnent à (re)voir son œuvre comme autant de tableaux – romanesque, photographique, théâtral – qui n’en forment qu’un.
    Mardi 6 et mercredi 7 novembre, à 20h ; vendredi 9 et samedi 10 novembre, à 20h, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Durée : 1h.

  • Un gâchis

    Texte Emmanuel Darley. Lecture par Jean-Marc Bourg.
    Un salut à Emmanuel Darley. Auteur talentueux, engagé, attentif à l’autre – et encore plus à celui qui n’avait pas la parole – Emmanuel Darley habitait Narbonne. En janvier 2016, il quitte la vie. En 2018, plusieurs structures en région Occitanie donnent à (re)voir son œuvre comme autant de tableaux – romanesque, photographique, théâtral – qui n’en forment qu’un.
    Jeudi 8 novembre 2018, à 20h, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Durée : 1h.

  • Marnie

    Metropolitan Opera de New-York en direct. Compositeur Nico Muhly. Mise en scène Michael Mayer. Direction musicale Robert Spano.
    L’obsédante Marnie ne cesse de changer de visage… Contrainte de renouveler constamment son identité, la jeune femme s’est construite en escroquant ses employeurs. Prise en flagrant délit par son patron Mark Rutland, elle tombe dans un chantage odieux : l’épouser ou se confronter aux démons de son passé.
    Samedi 10 novembre, à 19h, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Durée : 3h20 avec un entracte.

  • La Sylphide

    Ballet du Bolchoï de Moscou. Musique Herman Severin Løvenskiold. Chorégraphie Johan Kobborg. Livret Adolphe Nourrit et Filippo Taglioni.
    La veille de son mariage, James voit apparaitre en rêve une sylphide, créature vaporeuse des forêts d’Écosse. Ensorcelé par sa beauté James fuit la noce et s’enfuit avec la Sylphide dans son royaume. À la poursuite de son idéal, il risquera de perdre l’amour de sa fiancée, bien réel.
    Dimanche 11 novembre, à 16h, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    En direct. Durée : 2h.

  • L’amour est un crime parfait

    D’après le roman Incidences de Philippe Djian. Réalisation Jean-Marie Larrieu, Arnaud Larrieu. Avec Mathieu Amalric, Karin Viard, Maïwenn, Sara Forestier, Denis Podalydès.
    Mathieu Amalric est Marc, professeur de littérature à Lausanne, libertin enchaînant les relations avec ses étudiantes. Jusqu’à ce que l’une d’elles disparaisse. En 2014, Arnaud et Jean-Marie Larrieu adaptent le roman Incidences de Philippe Djian en un thriller sulfureux où s’engouffre la musique du groupe Caravaggio, hybridation de jazz, musique classique et électronique. Pour ce ciné-concert d’exception, les instrumentistes-compositeurs Benjamin de la Fuente et Samuel Sighicelli aux côtés des jazzmen de renom Bruno Chevillon et Éric Échampard, rejouent la musique originale en direct sur les images du film. Ils interviennent sur la bande-son, isolent des répliques, amplifient des ambiances et sondent les couches musicales pour une expérience musicale et cinématographique inédite.
    Samedi 17 novembre, à 20h, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Durée : 2h.

  • Novecento

    Texte Alessandro Baricco. Mise en scène et interprétation André Dussollier. Adaptation française André Dussollier et Gérald Sibleyras avec la collaboration de Stéphane de Groodt.
    En 1900, naît celui qu’on nommera Novecento. Abandonné dans un carton posé sur un piano de la salle de bal d’un paquebot, entre l’Europe et l’Amérique, pour une vie que ses parents lui souhaitaient de 1e classe, l’enfant élevé par l’équipage deviendra le plus grand des pianistes. Mais jamais il ne quittera les flots. C’est à bord qu’il réalise sa carte mentale et musicale du monde, à travers les chants des émigrants, les compositions de Debussy, le ragtime, le blues, le jazz venus des États-Unis.
    Mardi 20 novembre, à 20h, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Durée : 1h.