Actualités

Inauguration du bac de fouille à Amphoralis

Le 14 juin 2016

De g. à d. : Jacques Bascou, Président du Grand Narbonne, Marie Bat, Vice-Présidente du Grand Narbonne déléguée à la Culture et  Marc Bouiron, Directeur régional à l’Inrap.

Créé en 1992, Amphoralis, situé en bordure du canal du Midi à Sallèles-d’Aude, est à la fois un site archéologique et un musée.
Entré dans l’aire de compétence du Grand Narbonne en 2011, la Communauté d’agglomération a engagé sur ce musée un plan d’actions ambitieux afin de conquérir et reconquérir les publics locaux, touristes et amateurs d’archéologie. Une stratégie sur le long terme qui repose sur des aménagements du site, ainsi que sur le renforcement d’une politique des publics et de médiation au sein du musée.

Politique des publics et de médiation

Notamment, des animations sont organisées tout au long de l’année : visites thématiques (musée, jardin, arboretum), visites contées ou théâtralisées, expositions, résidences d’artiste...
Citons également la mise en place de nouveaux outils de médiation, tels que des traductions en plusieurs langues des panneaux muséographiques, la création d’un livret jeux pour les enfants.
Le musée s’est aussi doté d’outils numériques : application de visite du site et réalité augmentée permettent d’accéder à des vidéos, photos, interviews thématiques.
Le développement de l’archéologie expérimentale s'est poursuivi, à travers la reprise des cuissons dans le grand four et de nouveaux projets d'expérimentations portant sur le jardin des potiers, la construction et la cuisson d’un dolium (jarre de la Rome antique, de grande contenance).
Cette stratégie sur le long terme porte ses fruits : on constate en effet une hausse de la fréquentation de 78 % sur les trois dernières années. En 2015, le musée a accueilli près de 11 000 visiteurs, dont un tiers de scolaires.

Un nouvel aménagement  : le bac de fouille

Le Grand Narbonne a souhaité créer un bac de fouille permanent, afin que les enfants découvrent les principes des fouilles archéologiques et les processus techniques. Cet outil innovant, ludique et pédagogique va permettre notamment de renforcer l'attractivité du site en direction du public scolaire.

Le projet : un partenariat avec l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) et des établissements scolaires et universitaires
Pour l’élaboration du projet de bac de fouille, Amphoralis a travaillé en lien étroit avec l’Inrap. En effet, cet institut a déjà engagé une démarche similaire en proposant aux écoles d’initier les enfants à la fouille archéologique à l’aide d’un bac de fouille mobile. Après avoir testé ce bac mobile à Amphoralis, un partenariat a ainsi été mis en place avec l’Inrap pour la réalisation d’un bac permanent au musée. Dans ce cadre, Le Grand Narbonne a confié la direction scientifique à l’institut qui a mobilisé deux archéologues sur le projet.
Parallèlement, Amphoralis a créé des collaborations sur des projets de médiation avec la classe archéologie du collège Victor Hugo à Narbonne et la licence professionnelle guide conférencier de l’Université Perpignan Via Domitia. Cette année, les élèves ont été associés au projet de création du bac de fouille permanent. Les élèves du collège Victor Hugo ont participé à la définition des objets à trouver dans le bac, quand les étudiants de la licence professionnelle ont proposé des scénarios de médiation.

Le Grand Narbonne a investi 44 000 € pour cette réalisation, qui intervient un an après la mise en place du « cheminement de visite » destiné à accueillir sur les espaces extérieurs les personnes à mobilité réduite.

Le principe : dans la peau d'un archéologue en herbe
Le bac de fouille permettra aux enfants de se glisser dans la peau d’un archéologue : munis de gilets, gants, truelles, pinceaux et pelles, ils devront mettre au jour des objets en dégageant le sable qui les recouvre.
Pour ce projet, Amphoralis et l’Inrap ont construit les vestiges d’un habitat de potiers, en y incluant le mobilier archéologique qu’il est possible d’y retrouver : les traces d’un foyer, d’étagères, des fonds d’amphores, une meule, des pesons de métier à tisser, des tessons de céramiques, des lampes à huile, des monnaies. Les archéologues en herbe devront enregistrer ce qu’ils trouvent sur le site et analyser ensuite le mobilier sorti de fouille. Ils découvriront ainsi qu’il existe de nombreuses spécialités chez les archéologues. De la fouille au musée, l’objet archéologique passe par de nombreuses étapes qu’ils apprendront à connaître. Ce bac permettra d’accueillir une quinzaine d’enfants par session d’une heure et demie.

La construction : terre et bois, des matériaux naturels, des techniques anciennes
Le bac de fouille a été réalisé avec des matériaux naturels (terre, pierre, sable, paille, chaux et bois), selon des techniques anciennes de construction.
Réalisé en quinze jours par les archéologues de l’Inrap, l’équipe du musée Amphoralis et une dizaine de bénévoles, le chantier a été dirigé par Cesar Diaz, spécialiste de la construction en terre. Le travail du bois a été réalisé par le menuisier Olivier de Cambiaire.
Le bac de fouille sera bientôt couvert par un abri, réalisé sous la direction du service Patrimoine du Grand Narbonne.

En savoir plus

Carte interactive

Agenda