Agenda

  • Gisela João

    Chant Gisela João. Guitare portugaise Ricardo Parreira. Viola de Fado Nelson Aleixo. Viola Baixo Francisco Gaspar. Direction musicale et production Frederico Pereira.
    Gisela João est la nouvelle voix du fado, une révélation. Car depuis la grande Amália Rodrigues, aucune fadista n’avait encore créé une telle effervescence. La jeune femme au timbre ample et grave, honore le répertoire et engage un renouveau. En tête des ventes au Portugal une semaine après sa sortie en 2013, son premier album est aussi salué par la critique internationale et le deuxième – Nua sorti au printemps 2017 en France – confirme son talent. Elle a la passion de celles qui chantent l’amour et la mélancolie ; elle a en plus cette fougue joyeuse de celles qui clament la liberté.
    Vendredi 25 janvier, à 20h, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Durée : 1h.

  • Carmen

    Metropolitan Opera de New-York en direct. Compositeur Georges Bizet. Mise en scène Sir Richard Eyre. Direction musicale Louis Langrée.
    « Libre elle est née et libre elle mourra », la sulfureuse Carmen séduit le brigadier Don José qui accepte de déserter par amour pour elle, mais l’indomptable bohémienne se lasse vite de cet amour pour passer au suivant. Alors qu’elle attend son nouvel amant, le torero Escamillo, José tente tout pour la ramener à lui, de la supplication à la menace d’un couteau…
    Samedi 2 février, à 19h, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Durée : 3h40 avec un entracte.

  • Maputo Mozambique

    Création, mise en scène Thomas Guérineau Cie TG.
    Du jonglage musical ? Écoutez le rebond d’une massue sur la peau d’un tambour, regardez la courbe rythmée d’une balle dans les airs : chaque geste produit un son. Six puissants jongleurs, danseurs, chanteurs mozambicains font virevolter des sacs plastiques qui bruissent, vibrer des percussions qui tonnent et d’ancestraux instruments à vent qui soufflent.
    Samedi 2 février, à 20h, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Représentations proposées à un public scolaire mais ouvertes à tous : jeudi 31 janvier et vendredi 1er février, à 10h et 14h45.
    Durée : 1h. Spectacle recommandé à partir de 6 ans.

  • A vif

    Texte Kery James. Mise en scène Jean-Pierre Baro.
    Sa voix est l’une des plus éclatantes du rap français. Pour la première fois, Kery James projette sa poésie enflammée au théâtre. Depuis La Vie est brutale il y a 25 ans jusqu’à MouHammad Alix sorti en 2016, il interpelle la jeunesse et les gouvernants sur l’état de la cité. Avec À vif, nous voici à l’École du barreau de Paris face à Soulaymaan Traoré et Yann Jaraudière, deux jeunes élèves avocats en finale du concours d’éloquence. Une question : L’État est-il seul responsable de la situation dans les banlieues ? Le duo en débat : l’un défend le oui, l’autre le non ; l’un représente une France privilégiée, l’autre celle délaissée.
    Jeudi 7 février, à 20h, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Durée : 1h15. Spectacle recommandé à partir de 14 ans.

  • Everyness

    Direction artistique et chorégraphie Honji Wang et Sébastien Ramirez.
    Chorégraphes et danseurs en vue de la scène internationale, le perpignanais Sébastien Ramirez et l’allemande Honji Wang ont les pieds sur terre et dans les airs. Depuis plus de dix ans, alliant le hip-hop, les arts martiaux et la danse contemporaine, ils élèvent leur danse vers l’aérien grâce à la suspension, à des filins et cordages. Dans EVERYNESS, néologisme pour dire l’universel, le couple franco-hispano-germano-coréen invite l’amour et son désir : l’idéal amoureux et sa réalité évoluant au gré des rencontres.
    Mardi 12 février, à 20h, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Durée : 1h10.

  • La Nuit des rois

    La Comédie Française au Cinéma en direct. Texte William Shakespeare. Mise en scène Thomas Ostermeier. Avec les comédiens de la troupe de la Comédie-Française et les comédiens de l’Académie de la Comédie-Française.
    Rescapée d’un naufrage, Viola arrive en Illyrie où, pour se protéger, elle se travestit en homme et prend le nom de Césario. Elle entre alors au service du Duc Orsino qui, charmé, en fait son page et le charge de transmettre son amour à la Comtesse Olivia. Mais Césario/Viola, secrètement séduit(e) par le Duc, excelle si bien dans sa mission que la Comtesse s’éprend de son ardeur…
    Jeudi 14 février, à 20h15, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Durée : 2h10.

  • Spectacle chez nos voisins : Traviata - Vous méritez un avenir meilleur

    D’après Giuseppe Verdi. Conception Benjamin Lazar, Florent Hubert et Judith Chemla. Mise en scène Benjamin Lazar. Arrangements et direction musicale Florent Hubert et Paul Escobar.
    Oeuvre ovationnée, cette version de La Traviata saisit l’essence du célèbre opéra de Giuseppe Verdi. Inspirée par La Dame aux Camélias d’Alexandre Dumas fils, le livret narre l’histoire de Violetta l’amante « dévoyée », mourante mais puissante dans son abnégation à l’amour. Libre, elle nous convie à une fantasmagorie, entre spleen et paradis artificiel. En français et italien surtitrés, entrelaçant le roman, la pièce, les faits historiques et la poésie contemporaine au livret original, Traviata joue des anachronismes et des contrastes pour « convoquer les esprits ».
    Jeudi 21 février, à 20h30, Théâtre Molière-Sète, scène nationale archipel de Thau. Allons-y ensemble ! Bus aller/retour : départ à 18h15 parking du théâtre (5€ sur réservation).
    Durée : 2h.

  • Le triomphe de l’amour

    Texte Marivaux. Mise en scène Denis Podalydès sociétaire de la Comédie-Française. Direction musicale Christophe Coin.
    Denis Podalydès met en scène avec fougue la comédie passionnelle de Marivaux. En 1732, le dramaturge, orfèvre du langage des sentiments, peintre du travestissement, signe une pièce sur l’amour et son absence. Dans leur refuge, un philosophe et sa sœur éduquent Agis, prince déchu de Sparte. Est-ce là l’harmonie ? Léonide, princesse de ce trône usurpé, charmée par l’héritier, désireuse de réconcilier son royaume, arrive là, grimée en homme. Avec elle, surgit l’Amour, qu’ils avaient cru chasser de leur jardin et, avec lui, surviennent l’orgueil, la séduction, la chair éprise.
    Vendredi 22 février, à 20h, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Durée : 2h. Spectacle recommandé à partir de 14 ans.

  • Nuit du Cinéma

    Faites vos vœux en ligne sur le site du Théâtre+Cinéma ou via le formulaire imprimé disponible en billetterie.
    Quels sont vos films cultes ? Le film que vous pourriez voir et revoir encore ? Et que diriez-vous de passer une nuit blanche au cinéma ? Mais attention, c’est vous qui faites la programmation : de septembre à décembre, faites connaître votre sélection. Les quatre films les plus cités seront diffusés jusqu’à l’aube lors de cette nuit dédiée au 7e art. Petit déjeuner offert aux plus vaillants !
    Vendredi 1er mars, à 20h, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Durée : de 20h à l'aube...

  • La Fille du régiment

    Metropolitan Opera de New-York en direct. Compositeur Gaetano Donizetti. Mise en scène Laurent Pelly. Direction Musicale Enrique Mazzola.
    Orpheline, Marie a été recueillie par le sergent Sulpice qui l’emploie comme cantinière dans son régiment. Fou amoureux de Marie, le jeune paysan Tonio s’engage dans le bataillon pour la voir chaque jour. Lorsque la Marquise de Berkenfield révèle la véritable identité de Marie, qui est sa fille, la jeune femme pourrait être séparée à jamais de Tonio.
    Samedi 2 mars, à 19h, Théâtre+Cinéma scène nationale Grand Narbonne.
    Durée : 2h55 avec un entracte.

Carte interactive

À la une